L'écologie doit avoir sa place au conseil fédéral

L'écologie doit avoir sa place au conseil fédéral

Les Verts sont prêts à entrer au Conseil fédéral. Les autres partis sont récalcitrants de céder une partie de leur pouvoir. Devant ce refus, les Verts ont décidé de renoncer très provisoirement à présenter une candidature. En lieu et place, ils soutiendront celle qui se révélera la plus propice au choix d’une «nouvelle donne verte («Green new deal») au sein du gouvernement. Les auditions montreront à qui les parlementaires écologistes doivent apporter leurs voix.

Les Verts entendent faire leur entrée au Conseil fédéral et leur force électorale justifie plus que celle de toute autre formation leur revendication du siège vacant. Or, l’ensemble des autres partis ne sont pas prêts à admettre cette participation au gouvernement. Réalistes, les Verts se concentreront sur l’objectif des futures élections.

Lors de l’élection du 16 septembre, les Verts feront le maximum pour promouvoir à cette occasion leurs objectifs politiques, en particulier une nouvelle donne verte («Green new deal»). Leurs voix ne seront pas accordées gratuitement. Elles iront à la candidature qui offrira les meilleures perspectives dans l’optique d’une économie écologique, d’une protection efficace du climat et d’une société solidaire. L’analyse de détail se fondera sur les auditions et sur les profils connus des candidat(e)s.

La confiance que les Verts pourraient être amenés à faire au nouveau membre du Conseil fédéral portera sur la période des deux ans qui restent jusqu’à la fin de la législature. Son bilan conditionnera alors la décision de le réélire ou non au moment du renouvellement général du gouvernement qui suivra les élections fédérales de 2011.