Les Verts fêtent leurs succès électoraux dans les cantons

Les Verts savourent leur succès électoral au Tessin, où ils ont passé de quatre à sept sièges et peuvent ainsi former un groupe parlementaire.

Les Verts fêtent leurs succès électoraux dans les cantons

Les Verts savourent leur succès électoral au Tessin, où ils ont passé de quatre à sept sièges et peuvent ainsi former un groupe parlementaire. Ce résultat, qui succède à ceux de Bâle-Campagne, Zurich et Lucerne, leur permet d’aborder sereinement les élections fédérales en automne.

 

Alors que tous les partis traditionnels enregistrent des pertes, les Verts ont fortement progressé au Tessin. Ils ont presque doublé leur pourcentage de voix pour le parlement et triplé pour le gouvernement. Ils le doivent uniquement à leur politique indépendante et conséquente. De plus, grâce aux Verts, la proportion des femmes dans le Parlement cantonal a été sauvée du pire : avec trois nouvelles élues, le parti compte à lui seul quatre des neuf femmes restantes.

 

Les Verts ont engrangé la semaine dernière des succès également dans d’autres cantons. Dans les cantons de Bâle-Campagne et de Zurich, ils entrent au gouvernement avec Isaac Reber et Martin Graf. Ils augmentent leur part de voix aussi dans les parlements cantonaux, à Zurich légèrement, à Bâle-Campagne ils gagnent un siège supplémentaire avec un pourcentage de voix de 13.7 %, soit le meilleur depuis la création du parti.

 

A Lucerne, les Verts ont amélioré leur score de 1.4 % et sont plus forts qu’ils ne l’ont été depuis 20 ans. Seul le système proportionnel, qui favorise les grands partis, les a empêchés d’obtenir un siège supplémentaire.

 

Le Verts sortent également renforcés des élections communales en mars dans les cantons de Genève et Vaud. Dans le canton de Vaud par exemple, ils sont maintenant présents dans les conseils exécutifs de onze villes.

 

Grâce à ces résultats, les Verts sont optimistes pour les élections fédérales en automne. Ils sont convaincus qu’ils auront là aussi du succès, grâce à leurs personnalités compétentes et crédibles, ainsi qu’à leur politique écologique conséquente, qui met en lien les questions de l’environnement avec les questions économiques et sociales.