Pour le respect de la vie

Pour le respect de la vie

Lors de sa séance d’aujourd’hui, le bureau des Verts suisses réaffirme son intention de poursuivre les efforts du parti en faveur d’une politique migratoire ouverte qui tienne compte de l’apport des étrangères et étrangers à la société suisse. Il se prononce en outre en faveur du renforcement de mesures favorisant l’égalité entre femmes et hommes. En prévision des votations du 7 mars 2010, le bureau des Verts suisses recommande à son assemblée des délégué-e-s à venir de donner la liberté de vote à propos de l’article constitutionnel sur la recherche sur l'être humain, pour l’institution d’avocat-e-s pour animaux et contre l’abaissement du taux de conversion des rentes du second pilier.

Le bureau des Verts suisses, organe exécutif du parti, a siégé aujourd’hui à Berne.

Les Verts se sont penchés sur les assises sur la migration et l’intégration qu’ ils ont tenues au début du mois d’octobre 2009. Pour les Verts, il importe d’assurer au mieux l’égalité des chances et la non-discrimination de tout un chacun, en particulier des migrant-e-s qui vivent parmi nous. A cette occasion, les Verts ont réitéré leur attachement à une politique migratoire qui assurerait un bon accueil aux étrangères et étrangers ainsi que la protection des personnes persécutées.

Ont également été adoptées des propositions à l’intention de la prochaine assemblée des délégué-e-s qui portent sur l’égalité des genres. Aux yeux du Parti écologiste suisse, cette thématique est loin d’appartenir au passé. Le bureau des Verts a demandé que soient poursuivis les efforts en vue de concrétiser l’égalité entre femmes et hommes.

Liberté de vote pour la recherche sur l’être humain
Le contenu des votations populaires du 7 mars 2010 a lui aussi été examiné : le bureau recommande à son assemblée des délégué-e-s du 16 janvier 2010 de voter librement à l’égard du projet d’article constitutionnel sur la recherche sur l'être humain. Les Verts réclament depuis plus de dix ans un ancrage constitutionnel à ce sujet et, par là, une réglementation au niveau fédéral. Mais ils ont également accordé une grande importance aux enjeux éthiques qu’implique cette question complexe. En particulier, ils se sont opposés à ce ce que des personnes incapables de jugement puissent servir à la recherche. L’article constitutionnel projeté pourrait cependant ouvrir la porte à d telles recherhes.

Pour sa part, l’initiative populaire pour l'institution d'avocat-e-s de la protection des animaux a elle aussi donné lieu à une intense discussion. Après en avoir mûrement pesé le pour et le contre, le bureau des Verts a choisi de recommander à son assemblée des délégué-e-s d’accepter ce texte : par ce niais, la dignité des animaux peut être protégée au mieux, ce qui est un souci pour les Verts.

Finalement, le bureau des Verts a décidé sans hésitation de recommander le rejet de la modification de la LPP relative au taux de conversion minimal. A l’heure où la crise économique expose les travailleuses et travailleurs à bien des sacrifices, il convient de renforcer et non d’amoindrir la défense de leurs intérêts.