Les Verts exigent une sortie inconditionnelle du nucléaire

La sortie définitive du nucléaire est le but que les Verts veulent voir se concrétiser par tous les moyens à disposition.

Les Verts exigent une sortie inconditionnelle du nucléaire

La sortie définitive du nucléaire est le but que les Verts veulent voir se concrétiser par tous les moyens à disposition. Dans une résolution adoptée aujourd’hui à Neuchâtel, les délégués des Verts demandent au Conseil des Etats d’approuver ce but comme l’a fait le Conseil national, sans le diluer par un compromis qui en ôte toute la portée. Dans une deuxième résolution, ils exigent des restructurations au sein des autorités de surveillance des centrales nucléaires, tant en ce qui concerne le personnel que l’organisation.

 

Dans une résolution, les Verts demandent au Conseil des Etats de suivre le Conseil national et de décider la sortie progressive du nucléaire. Le Conseil des Etats doit revenir sur la décision de sa commission de l’environnement et refermer immédiatement la porte que celle-ci a ouverte aux technologies nucléaires du futur. Les centrales nucléaires sont et restent dangereuses. La catastrophe de Fukushima l’a largement prouvé.

 

Les quelques mois qui se sont écoulés depuis ont montré à quel point les autorités de surveillance des centrales nucléaires, en particulier l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), sont mal préparées pour faire face à un problème sérieux. Les tests de sécurité ordonnés par l’IFSN sont incomplets, car de fausses conclusions ont été trop rapidement tirées sur les causes et le déroulement de l’accident.

 

Recomposer le conseil de l’IFSN
C’est pourquoi les délégués des Verts exigent dans une deuxième résolution une restructuration de la sécurité nucléaire suisse tant au niveau du personnel que de l’organisation. Entre autres, le conseil de l’IFSN doit être composé de façon indépendante, transparente et équilibrée, et accorder également une place aux voix critiques.

 

La négligence avec laquelle l’IFSN s’acquitte de sa tâche de surveillance apparaît régulièrement, et une fois de plus cette semaine, lorsque l’inspection a déclaré que la centrale nucléaire de Mühleberg, actuellement en rénovation, était « à nouveau dans la zone verte ». Mühleberg est la plus vieille centrale de ce type encore en exploitation. Son manteau est fissuré. Elle ne peut en aucun cas être déclarée « sûre ». Les Verts exigent donc avec véhémence que cette centrale soit définitivement mise hors service.

 

Votez vert
Il faut un groupe parlementaire Vert fort lors la prochaine législature pour aboutir à une sortie contraignante du nucléaire. Les Verts doivent être plus nombreux dans les salles du Conseil national et du Conseil des Etats, souligne avec force le président Ueli Leuenberger dans son allocution. La pression sur le Parlement et le Conseil fédéral doit être maintenue, l’initiative "Sortir du nucléaire" doit aboutir rapidement.

 

La solution : une économie verte
Une table ronde a été l’occasion pour les délégués des Verts de réfléchir aux problèmes que pose la « surchauffe » de l’économie : engorgements sur les routes, transports publics bondés, pénurie de logement et mitage du territoire. La cause de ces problèmes n’est pas à chercher dans le nombre d’habitants, mais dans l’empreinte écologique trop élevée de l’ensemble de la population.

 

Pour résoudre ces problèmes, les Verts misent sur une économie qui utilise ses ressources de manière responsable. Avec leur initiative pour une économie verte, la Suisse peut réduire son empreinte écologique à une seule planète. Pour atteindre ce but, la promotion économique doit devenir plus sélective, et il faut mettre un frein à la concurrence fiscale entre les cantons, qui contribue à une répartition inéquitable de la croissance entre les régions.

 

Soutien de deux initiatives

Les délégués ont en outre accepté de soutenir les initiatives populaires pour la médecine de famille et pour un impôt fédéral sur les successions.