Nous irons dans la rue – pour une autre Suisse !

Maintenant plus que jamais !

La politique environnementale et sociale est la grande perdante des élections fédérales : telle est la conclusion des Verts suisses qui tenaient leur assemblée aujourd’hui à Berne-Bümpliz. A l’avenir, ils se mobiliseront davantage dans la rue. Et ils misent sur le trio vert aux Etats – Cramer/Recordon/Girod – pour contrer le virage à droite. Enfin, les Verts appellent de leurs voeux une candidature du centre droit pour l’élection du Conseil fédéral et ne donneront aucune voix à l’UDC.

Dans son discours présidentiel, Regula Rytz a rendu hommage à la campagne électorale que les Verts ont rondement menée. Pour la première fois de son histoire, le parti a arboré une même identité à l’échelle nationale. Les résultats électoraux ne reflètent pas leur engagement, bien au contraire. Dans l’actuelle tourmente politique, les Verts n’ont pas réussi à faire suffisamment entendre leur voix, comme antidote à la peur distillée par la campagne de l’UDC. De concert avec leurs sections cantonales, ils en ont analysé les raisons. Les Verts restent la cinquième force politique de notre pays et peuvent compter sur l’élan de jeunes nouveaux élus au Conseil national. Il s’agit donc de rapidement s’adapter à la nouvelle donne et de dynamiser cette autre Suisse, écologique et sociale.

Au cours de la prochaine législature, de nombreux enjeux environnementaux et économiques sont en jeu : tournant énergétique, protection du climat et raréfaction des ressources. De plus, la tradition humanitaire de la Suisse et l’intégration européenne sont mises à mal. Les défis sont grands. Le parti s’engage pour une autre Suisse, ouverte et novatrice avec persévérance et sur le long terme : « Notre responsabilité est plus grande que jamais et nous ne braderons pas nos valeurs, ni ne faiblirons dans notre engagement », conclut Adèle Thorens, co-présidente.

Des questions instructives sur la sortie du nucléaire
Lors d’une table ronde, Kaspar Schuler (Alliance « Non au nucléaire »), Dieter Majer (expert allemand en sécurité nucléaire), ainsi que les deux membres verts de la Commission de l’environnement Adèle Thorens et Bastien Girod ont souligné la nécessité d’une sortie rapide et programmée du nucléaire. « Un accident nucléaire en Suisse est possible. Le peuple suisse doit prendre ses responsabilités via un vote populaire », a réaffirmé Adèle Thorens, démontrant ainsi l’importance de l’initiative verte.

L'initiative pour des aliments équitables a abouti
Les Verts ont pu fêter l’aboutissement de leur initiative pour des aliments équitables, qu’ils déposeront le 26 novembre, munie de quelque 125 000 paraphes, à la Chancellerie fédérale. « Aucun autre parti n’a réussi à déposer 3 initiatives lors de la présente législature », s’est réjouie Maya Graf, co-présidente de l'initiative pour des aliments équitables.

Adèle Thorens

«Nous n’attendons aucune avancée du nouveau Parlement. Par conséquent, nous allons mener le combat devant les urnes en faveur des innovations vertes et davantage d’humanisme. Maintenant plus que jamais !»