Oui à l'initiative «AVSplus: pour une AVS forte»

Objet

L’initiative populaire « AVSplus : pour une AVS forte » veut augmenter les rentes AVS – actuelles et futures – de 10%. Cette majoration permettra de verser une rente nettement supérieure pour la grande majorité de rentiers. Les personnes seules pourraient compter en moyenne sur 200 francs, la plupart des couples sur 350 francs de plus par mois. Cette majoration coûterait quelque 4 milliards de francs par année. L’initiative ne précise pas comment financer ce montant.

Dans son argumentaire, le comité d’initiative propose que le surcoût soit couvert par un relèvement des cotisations salariales. Motif : l’AVS est une assurance financée en majeure partie via des cotisations salariales. Pour augmenter les prestations, relever les cotisations se justifie. Tandis que les cotisations d’autres assurances sociales (assurance-maladie, caisse de pension, p.ex.) n’ont cessé de prendre l’ascenseur ces dernières années, le taux de cotisation AVS n’a pas bougé depuis 40 ans. Pour financer le relèvement des rentes, il faut 0,4 pourcent supplémentaire sur la masse salariale tant des employeurs que des employés (20 pourcent, soit env. 800 millions de francs seraient couverts par la contribution fédérale), ce qui porte les charges salariales de l’AVS à 4,6 pourcent de part et d’autre, un montant encore bas.

L’Union syndicale suisse (USS) a lancé l’initiative « AVSplus » en 2012. Fin 2013, elle a été déposée. Les Verts l’ont soutenue dès la récolte de signatures. Elle est également soutenue par le PS.

Daniel Brélaz

Conseiller National VD

 

«Le futur de la prévoyance vieillesse repose sur une AVS forte. Oui à l’initiative AVSplus.»

Daniel Brélaz

Conseiller national VD

"Le futur de la prévoyance vieillesse repose sur une AVS forte. Oui à l’initiative AVSplus."

les trois principaux arguments verts

1. Une meilleure sécurité sociale pour les retraités

Actuellement, le revenu des premier et deuxième piliers ne permet pas à de nombreuses personnes « de maintenir de manière appropriée (leur) niveau de vie antérieur », comme le veut la Constitution. En augmentant de 10 pourcent les rentes, on renforce sensiblement le revenu des rentières et rentiers et l’assure mieux. Ce sont surtout les femmes qui profiteraient de ce relèvement : elles reçoivent en effet souvent de plus petites rentes de leur caisse de pension en raison d’arrêts de travail dus à la maternité ou à l’éducation des enfants. Pour l’AVS au contraire, ces arrêts sont compensés par les bonifications pour tâches éducatives, ce qui permet aux mères d’avoir également de bonnes rentes AVS. Un relèvement des rentes AVS profite donc davantage aux femmes. Pour les personnes à revenu modeste ou moyen, ce relèvement des rentes est beaucoup « plus avantageux » avec l’initiative AVSplus que via le 2e pilier.

2. Renforcer l’AVS, en tant que principal fondement de la prévoyance-vieillesse

L’AVS est le pilier principal de l’Etat social en Suisse : c’est l’institution sociale où la solidarité est la plus présente et la plus développée. Grâce à ses formules de rente, la solidarité est particulièrement marquée entre les pauvres et les riches, mais aussi entre les générations, entre les personnes sans enfants et les parents, et entre femmes et hommes.

3. Les rentes AVS ne suivent pas les salaires

Les rentes AVS sont certes adaptées tous les 2 ans au renchérissement et aux salaires. Mais chacun comptant pour moitié, les rentes des nouveaux retraités prennent toujours plus de retard sur les salaires. Le recul est actuellement de 20%, ce qui préoccupe également le Conseil fédéral. De plus, la Confédération s’appuie sur un modèle inexact pour les adapter aux salaires et sous-estime même l’évolution salariale. Cette dévalorisation des rentes AVS doit cesser.