Non à Ecopop

Non à l'initiative Ecopop


L’initiative populaire « Halte à la surpopulation - Oui à la préservation durable des ressources naturelles » a été lancée en mai 2011 par l’association Environnement et Population (Ecopop). Elle entend réduire le solde migratoire en Suisse à 0,2% de la population résidente et consacrer 10% au moins de l’aide au développement suisse à des mesures de planification familiale volontaire.

Les Verts rejettent l'initiative parce qu'elle n'apporte rien à l'environnement, mine la coopération au développement de la Suisse et fait des migrants des personnes de second rang.

Robert Cramer, conseiller aux Etats GE

« Ecopop ne résout aucun problème environnemental, c'est une initiative démagogique contre l'immigration. »

Arguments pour un Non à l'initiative Ecopop

1. Ecopop n’apporte rien à l’environnement
Pour protéger le paysage, il faut agir au niveau de l’aménagement du territoire. En effet, combattre le mitage du paysage passe par la planification du bâti : où et comment construit-on ? Pour protéger le climat, il faut rénover le système énergétique et miser sur les technologies et les comportements écologiques. En effet, que le CO2 soit émis en Suisse ou dans l’autres pays n’a aucun impact sur le climat. Les contingents d’immigration exigés par Ecopop n’y change rien. Au contraire, le nombre de frontaliers augmenterait et donc le trafic pendulaire avec son lot de pollution. Nous n’avons pas besoin de ce type de pseudo-solution !

2. Ecopop mine la coopération au développement de la Suisse
Si l’on veut réduire la pression démographique globale, il faut réduire la pauvreté en améliorant l’accès aux soins médicaux et à la formation, en créant des emplois et en encourageant l’émancipation des femmes. L’accès à la contraception joue certes un rôle, mais n’est pertinent qu’associé à d’autres mesures. Il est inhumain et dangereux d’inscrire dans la Constitution fédérale que le nombre d’êtres humains doit diminuer à l’étranger. Ce n’est une solution ni à la pression démographique, ni à une coopération au développement adéquate.

3. Ecopop fait des migrants des personnes de second rang
L’initiative se sert des migrants comme bouc émissaire et péjore leurs conditions de vie. Au lieu d’une autorisation de séjour de 5 ans, ils se verraient attribuer une autorisation de courte durée (moins de 12 mois) et vivraient dans la crainte permanente de devoir quitter la Suisse en cas de perte d’emploi. Ils seraient aussi exposés à de mauvaises conditions de travail. Il leur serait impossible de vivre avec leur famille en raison des contingents migratoires très restreints. Cet abandon définitif de la libre circulation des personnes représenterait une rupture avec l’Europe, aux conséquences très négatives pour la Suisse.

Robert Cramer: "Ecopop, une initiative nuisible pour l'écologie"