Défendons la diversité médiatique !

Hebdo : les Verts condamnent une décision unilatérale

Les Verts condamnent la décision unilatérale de licencier 36 journalistes dans l’équipe de feu l’Hebdo et du Temps, sans avoir pris la peine d’étudier les propositions des syndicats. Cette façon de procéder est totalement indigne. C’est une journée noire pour le journalisme romand : il est grand temps de renforcer les médias indépendants francophones en prenant des mesures concrètes.

Les Verts regrettent le licenciement des journalistes de l’Hebdo et sont préoccupés par la disparition des titres et des emplois dans la presse romande et par la quasi-main-mise des deux grands éditeurs alémaniques. Lorsque seul le profit guide la politique éditoriale, c’est la pluralité du paysage médiatique et le travail d’enquête qui sont menacés. Or, pour les Verts, une information basée sur des faits vérifiés, ainsi sur des analyses critiques sont essentielles au débat démocratique. Pour assurer un débat sain et informé, les Verts défendent la diversité médiatique et le maintien d’une presse écrite de qualité.

C’est ainsi que les Verts proposent de contrer la tendance actuelle à la monopolisation, en instaurant au niveau national de nouveaux instruments de soutien – direct et indirect – destinés aux médias et qui ont fait leurs preuves chez nos voisins européens. Ils vont déposer des interventions parlementaires fédérales lors de la session de printemps. A l'instar des Verts vaudois, qui ont déposé une résolution, acceptée par le Grand Conseil, afin que le Conseil d’Etat s’engage pour préserver et promouvoir l’implantation de médias de qualité, se faisant l’écho d’un large spectre d’opinions et d’idées. En outre, la pire des solutions serait de fragiliser davantage les médias publics, voire de les anéantir, comme le veut l’initiative «No Billag. Oui à la suppression de la redevance Billag».

Il faut que les Romands s’unissent pour défendre leur paysage médiatique : la Suisse a besoin de médias indépendants, offrant à chaque région linguistique une presse plurielle. En fait partie la SSR en tant que service public national, en font partie les journaux imprimés ou en ligne.

La triste fin de l’Hebdo doit être l’occasion d’un sursaut en faveur de la diversité du paysage médiatique.