Pas de jeux olympiques sans une consultation populaire!

Après le net refus des Grisons à une candidature aux jeux olympiques, les citoyens de la Suisse occidentale doivent être consultés.

Le Conseil exécutif vient d’annoncer que la Suisse se porterait officiellement candidate aux JO 2026 avec le projet « Sion 2026 - les jeux au coeur de la Suisse ». Cette décision devra être confirmée par le Parlement du sport de cet organisme en avril, puis analysée par le Conseil fédéral, qui préparera un message pour l’automne. Les Verts revendiquent une consultation des citoyens en bonne et due forme. Contrairement au projet grison, le projet sédunois a été échafaudé pour qu’aucun référendum ne soit possible à ce stade, puisque la position de principe, comme la participation financière à la candidature, sont décidées par les Conseils d’Etat respectifs et non soumises à référendum.

Les Verts déposent une interpellation aux chambres fédérales pour faire la lumière sur les possibilités de consultation populaire, notamment au niveau fédéral, sur la base d’un projet concret. Des démarches seront également menées dans les Cantons respectifs. En outre, des précisions sont nécessaires concernant la faisabilité financière, la couverture du déficit - alors que l’organisation des Jeux olympiques s’est toujours soldée par un dépassement massif du budget (179% en moyenne selon une étude portant sur les années 1960 à 2012) et les garanties de durabilité du projet, notamment son impact sur l’environnement et nos Alpes. Enfin, alors que le réchauffement climatique est deux fois plus rapide sur l’arc alpin, nos autorités doivent s’interroger sur la pertinence d’encourager le développement du tourisme de sport d’hiver. La nécessaire adaptation du secteur touristique de montagne ne doit pas être retardée par cette orientation.

*********************************************************************************
Interpellation Lisa Mazzone, conseil national

Le Conseil exécutif de Swiss Olympic a décidé le 7 mars que la Suisse se portait officiellement candidate aux Jeux 2026 avec le projet « Sion 2026 – les Jeux au cœur de la Suisse », décision qui devra être confirmée par le Parlement du sport de Swiss Olympic en avril.

  • Dans son communiqué du 2 décembre 2016, le Conseil fédéral indique que sa décision de soutenir cette candidature « dépendra du soutien de la population dans les régions et communes concernées ». Or, les décisions de soutenir la candidature ainsi que l’engagement financier y relatif ont été pris par les seuls Conseils d’Etat des cantons concernés et ne sont pas sujets à référendum. Comment le Conseil fédéral compte-t-il s’assurer du soutien des populations concernées ?
  • Le comité de Swiss Olympic ainsi que son Parlement du sport ont un pouvoir décisionnel majeur. Quelle base démocratique fonde leur légitimité?
  • La contribution de la Confédération à cette candidature fera l’objet d’un message, à l’automne. Les montants prévus d’être débloqués seront-ils soumis à référendum ? Y aura-t-il une autre possibilité de consultation populaire avant l’été 2018, lorsque la candidature sera aboutie ?
  • Le projet « Sion 2026 » stipule que « le retrait hypothétique de l’un des quatre cantons porteurs en cours de Candidature ne remettrait pas en cause le projet et n’exclurait pas l’utilisation de certaines installations sans contribution cantonale ou communale ». Cette orientation est-elle fidèle à la volonté du Conseil fédéral de corréler les Jeux au soutien de la population ?
  • Le Conseil fédéral précise encore qu’il analysera la faisabilité financière du projet. Dans la mesure où l’organisation des Jeux olympiques s’est toujours soldée par un dépassement massif du budget, quelles garanties la Suisse compte-t-elle exiger de Swiss Olympic pour éviter les dépassements ? Des garanties de déficit seront-elles prévues et une clé de répartition entre la Confédération, les cantons et, éventuellement, les communes, sera-t-elle arrêtée pour couvrir le déficit ?
  • Le Conseil fédéral considère-t-il, alors que le réchauffement climatique est deux fois plus rapide sur l’arc alpin, que l’avenir du tourisme se trouve dans les sports d’hiver? Ne craint-il pas que la tenue des Jeux ne retarde la nécessaire adaptation du secteur touristique de montagne ?
  • Enfin, le CIO peut demander des modifications au projet susceptibles de remettre en question les objectifs de durabilité. Est-ce que le Conseil fédéral sera prêt à retirer son soutien si certains critères ne sont plus remplis ?

Interpellation Natalie Imboden, Berne

Interpellation Vassilis Venizelos, Vaud