Magnifique succès pour une politique énergétique verte

Oui à la Strategie énergétique 2050

Le Oui à la Stratégie énergétique 2050 est un Oui à la sortie du nucléaire et au tournant énergétique. Mais le résultat de ce jour est également un grand succès pour les Verts, qui se sont engagés, depuis le début, en faveur d’un approvisionnement énergétique durable, sûr, propre et décentralisé. Mais tous les problèmes ne sont pas pour autant résolus. Il faut maintenant débrancher rapidement et en toute sécurité nos vieilles centrales nucléaires et enfin protéger efficacement le climat.

Les Verts se réjouissent que la campagne mensongère des opposants à la Stratégie énergétique 2050 n’ait pas eu le dernier mot. En disant Oui à la Stratégie énergétique, la population a permis à une des premières revendications des Verts d’aboutir. Grâce à la pression exercée par l’initiative pour une sortie programmée du nucléaire, il a été possible de forger un compromis au Parlement, à même de convaincre une majorité de la population. « Sans la locomotive Verte, on ne peut pas mener une politique énergétique et environnementale digne de ce nom », dit la présidente des Verts, Regula Rytz. « Il s'agit d'un échec cuisant pour les nostalgiques du nucléaire et les assoiffés de pétrole et d'un signal primordial pour la protection climatique. »

Le résultat réjouissant d’aujourd’hui en faveur de la Stratégie énergétique 2050 ne signifie pas que la transition énergétique en Suisse soit achevée. C’est pourquoi les Verts requièrent :

  • une loi efficace sur le CO2 : le Oui à la Stratégie énergétique 2050 montre que le tournant énergétique et la protection climatique doivent aller de l’avant. C’est au Parlement de prendre rapidement des mesures, afin que la Suisse apporte une contribution équitable à la lutte mondiale contre le réchauffement climatique. La stratégie de désinvestissement, qui consiste à ne plus placer de l’argent dans les énergies fossiles, présente un gros potentiel.
  • les vieilles casseroles nucléaires doivent être à coup sûr débranchées : la Stratégie énergétique 2050 n’est qu’à mi-parcours d’une réelle sortie du nucléaire. Les Verts veulent renforcer les prescriptions de sécurité (« sécurité croissante ») des centrales nucléaires et fixer des durées d’exploitation maximales et des quantités de courant résiduel. Par ailleurs, ils demandent que les provisions pour le traitement des déchets radioactifs soient suffisamment élevées et que l’autorité de surveillance nucléaire soit renforcée. Enfin, les Verts combattront avec la dernière énergie les subventions réclamées à cor et à cri pour continuer à exploiter les centrales nucléaires en Suisse.
  • une mise en œuvre écologique de la Stratégie énergétique 2050 : les Verts rejettent catégoriquement toute affaiblissement de la protection de l’environnement, tel que l’envisage le Conseil fédéral dans l’ordonnance d’application. Il est possible de développer les énergies renouvelables sans que la protection de la nature et du paysage en pâtisse.
  • une mise en œuvre du tournant énergétique favorable aux locataires : les locataires doivent certes payer leur part, mais il s’agit de ne pas saler la facture. C’est pourquoi les Verts veulent adapter l’ordonnance sur le droit du bail afin de baisser des taux de répercussion surfaits lors de rénovation.