Regula Rytz à propos de l’article «Bundesrat ergreift Partei für AKW-Betreiber» paru dans le Tagesanzeiger du 24 janvier 2018

Le Conseil fédéral aimerait édulcorer les prescriptions de sécurité nucléaire, afin de pouvoir rebrancher Beznau I. Mais c’est changer les règles en plein jeu et protéger les exploitants des centrales plutôt que la population. Absolument inadmissible !

Sous prétexte de clarifier les dispositions de l’ordonnance sur l’énergie nucléaire, le Conseil fédéral aimerait édulcorer les prescriptions de sécurité nucléaire, comme le rapporte le Tagesanzeiger dans son édition du jour. Objectif ? Permettre à la centrale pourrie de Beznau I de reprendre du service.

Ce procédé est inadmissible. Lors des débats sur la Stratégie énergétique, la conseillère fédérale Doris Leuthard (devant le Conseil national, le 2 mars 2016) refusait avec véhémence de renforcer les prescriptions de sécurité pour les vieilles centrales en ces termes : « Concernant l’exploitation à long terme, le Conseil fédéral a toujours réaffirmé qu’on ne change pas les règles en plein jeu » (original en all.) Mais lorsqu’il s’agit de sauver les entreprises nucléaires, le Conseil fédéral oublie ce beau principe.

Lors de la session de printemps, les Verts déposeront une intervention afin d’exiger que Beznau I soit définitivement débranchée.