Bilan de la session de printemps 2018

Balthasar Glättli, président du groupe parlementaire, sur les principaux thèmes de la session

  • Rejet net – et fondé – de l’initiative contre les droits humains
    Les Verts notent avec satisfaction que le Conseil des Etats a nettement rejeté l’initiative UDC contre les droits humains (« Le droit suisse au lieu de juges étrangers »). Il faut en effet absolument la rejeter, car elle remet en question certains de nos acquis fondamentaux tels que l’Etat de droit ou la protection des minorités. Dans son intervention, Robert Cramer, conseiller d’Etat Vert, a précisé pourquoi il faut lui opposer un non clair, sans contre-projet discutable.
     
  • Initiative pour des aliments équitables : place à la votation
    Lors de cette session, les chambres ont procédé au vote final sur l'initiative verte pour des aliments équitables (et sur l’initiative pour la souveraineté alimentaire d’uniterre). Aucune des deux n’a passé la rampe, nous voterons donc cet automne deux fois sur l’agriculture et la nourriture. L'initiative pour des aliments équitables des Verts veut encourager des denrées produites par une agriculture respectueuse de la nature et des animaux, écologique et offrant des conditions de travail équitables, tant en Suisse que dans les pays exportateurs. Les Verts préparent maintenant leur campagne, pour montrer à la population l’urgence d’un tournant en faveur d’une économie agro-alimentaire durable.

    En savoir plus...
     
  • L’égalité salariale à nouveau renvoyée aux calendes grecques
    Durant cette session, les Verts sont montés au créneau pour que la loi sur l’égalité soit révisée en obligeant les entreprises à analyser leur grille salariale, afin que l’égalité salariale entre femmes et hommes devienne enfin réalité. Car, toutes ces dernières années ont clairement montré que s’en remettre à la bonne volonté des entreprises ne permet pas de réduire les discriminations salariales. Le 28 février, le Conseil des Etats n’a malheureusement pas eu le courage d’obliger les entreprises – même sur un mode mineur – à procéder à de telles analyses. Il a renvoyé le projet en commission. Ces messieurs les sénateurs auraient-ils eu mauvaise conscience après cette décision honteuse ? Toujours est-il qu’ils ont accepté une intervention demandant une représentation équilibrée des genres au Conseil fédéral, à l’instar de Maya Graf, députée verte, au Conseil national.
     
  • Assurances sociales : précipitation scandaleuse pour l’engagement de détectives
    La majorité des deux Chambres n’a pas fait dans la dentelle en modifiant fissa la loi : pour lutter contre les prétendus fraudeurs, des détectives privés auront le droit d’empiéter davantage sur la vie privée que la police dans sa lutte anti-terroriste. De plus, alors qu’on exige des assurés de devenir transparents, les parlementaires n’ont pas état de leurs conflits d’intérêts avec les assurances : une indécence crasse !