2 x Oui à la Prévoyance vieillesse 2020

Les Verts disent 2 x OUI à la Prévoyance vieillesse 2020

Les Verts reconnaissent la nécessité de réformer notre système des retraites. Lors des débats au Parlement, ils ont conditionné leur soutien à trois aspects-clé : maintien du niveau des rentes, financement de l’AVS garanti, réforme du système dans sa globalité (pas de « saucissonnage » des différents piliers ou de déséquilibre entre les générations).

Le projet voté par le Parlement le 17 mars 2017, et soutenu par les parlementaires verts à l’unanimité, répond à ces trois critères, même s’il reste un compromis. Cette solution comporte en effet quelques pilules amères – augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes, baisse du taux de conversion de la LPP – compensées par de nombreux progrès importants, que les Verts appellent de leurs vœux depuis longtemps.

Ainsi, les nouvelles rentes AVS seront augmentées de façon généralisée pour la première fois depuis 40 ans. Et les personnes à temps partiels ou cumulant plusieurs jobs, souvent des femmes d’ailleurs, verront leur prévoyance professionnelle s’améliorer. Finalement, un système de retraite « à la carte » permettra de prendre une retraite anticipée ou progressive en limitant la diminution des rentes. Il sera également possible de travailler au-delà de l’âge de la retraite.

Arguments verts en faveur du Oui

Maintien du niveau des rentes et renforcement de l’AVS
L’augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes à 65 ans a un goût amer, de même que la baisse du taux de conversion de 6,8% à 6% (adaptation à l’augmentation de l’espérance de vie et à des taux d’intérêt exceptionnellement bas). Cependant, cette réforme compense ces pertes grâce à des mesures prises à la fois dans le 1er et le 2e piliers. Le niveau des prestations pourra donc être maintenu, voire même parfois amélioré – ce qui est essentiel aux yeux des Verts.
Les nouveaux retraité-e-s recevront ainsi dès 2019 un bonus de 70 frs mensuels sur leur rente AVS s’ils sont célibataires (relèvement du plafond à 155% pour les couples, soit jusqu’à 226 frs/mois). Cette augmentation est un pas historique important exigé de longue date par les Verts. Il s’agit de la première augmentation généralisée depuis 40 ans, d’autant plus importante que les rentes AVS sont à la traine par rapport à l’évolution des salaires.
Aujourd’hui, environ 40% des femmes retraitées ne touchent qu’une rente du 1er pilier (et, à l’heure actuelle, un demi-million de femmes actives, soit 23% ne dépendent que de l’AVS) : les femmes seront donc les premières bénéficiaires de cette augmentation.

Une meilleure couverture du travail à temps partiel
La baisse du taux de conversion de 6.8% à 6% en raison de l’augmentation de l’espérance de vie aura un impact négatif sur le niveau des rentes.
Cette baisse sera notamment compensée dans les deux piliers : premièrement avec une augmentation des rentes AVS, deuxièmement par une réduction de la déduction de coordination. Celle-ci améliorera avant tout la situation des personnes travaillant à temps partiel, souvent des femmes. Dans l’ensemble, cette mesure améliorera de manière substantielle la prévoyance professionnelle des salaires compris entre 21 150 et 52 875 francs, or c’est la tranche où les femmes et les personnes à temps partiel sont surreprésentées. Cette meilleure couverture du travail à temps partiel favorisera donc avant tout les femmes.

Droit à une retraite partielle
Cette réforme introduit également la possibilité d’avoir, entre 62 et 70 ans, une « retraite à la carte », La retraite peut donc être en partie avancée ou retardée.

Une AVS solidifiée – sans déficit
Depuis deux ans, les revenus de l’AVS ne couvrent plus ses dépenses en raison de l’arrivée progressive des baby-boomers. Il est donc nécessaire d’injecter plus de fonds pour maintenir le niveau actuel des prestations. Sans réforme, en 2025, les réserves ne couvriraient plus que les deux tiers des dépenses annuelles. Ce risque est important dans un tel système de répartition.

S’engager pour l’égalité entre hommes et femmes
Les Verts seraient volontiers allés plus loin. Il est choquant que les rentes du 2e pilier des femmes soient en moyenne inférieures de 63 % à celles des hommes. Mais nous ne changerons pas les choses avec une nouvelle mouture épineuse et risquée de la réforme. Non, la solution est ailleurs : il faut offrir une plus large palette de métiers, lutter contre les discriminations salariales et surtout offrir une véritable conciliation entre travail et famille. Les Verts continueront à se battre pour faire de l’égalité entre hommes et femmes une réalité : ce combat fait partie de leur ADN depuis leur fondation.

Les Verts seraient volontiers allés plus loin

La direction des Verts suisses soutient le compromis sur les retraites. Mais elle ne souhaite pas en rester là et veut orienter son action vers le futur de notre système des retraites : tout d’abord, elle prendra la balle d’UNIA au rebond, car celle-ci veut lancer une initiative populaire pour ancrer rapidement dans la Constitution des instruments efficaces pour l’égalité salariale – ceci notamment afin d’améliorer les rentes des femmes. Deuxièmement, elle compte mettre sur pied un groupe de travail afin de réfléchir à différents modèles de réformes des retraites qui prendraient mieux en compte le travail de care mais également les bouleversements à venir sur le marché du travail, tels que la digitalisation. Vivre et vieillir en dignité doit rester l’objectif de tout système de retraite, y compris lorsque l’économie et la société changent.

Daniel Brélaz

Conseiller national

« La réforme Prévoyance 2020 (double votation) garantit le financement de l’AVS jusqu’en 2039, favorise le temps partiel et la retraite à la carte. En renforçant l’AVS (70 francs par mois), il favorise la grande majorité des femmes. »