Non au nucléaire

En bref

La série d’accidents dans la centrale nucléaire de Fukushima a marqué le débat énergétique de manière déterminante aussi en Suisse. En conséquence directe de la catastrophe nucléaire japonaise, le Conseil fédéral, à travers de la ministre de l’Energie Doris Leuthard, a suspendu les demandes d’autorisation générale pour des nouvelles centrales nucléaires et le Parlement a brandi l’étendard de la sortie de l’énergie nucléaire dangereuse. Malgré tout, la sortie du nucléaire n’est pas encore conclue et l’initiative populaire pour la sortie du nucléaire des Verts reste importante. Lire plus...

Initiative populaire Sortir du nucléaire

Initiative populaire Sortir du nucléaire

Don par SMS

Pour donner 10 francs (ou plus, ou moins), écrivez «stopatome 10» (10 = 10 francs) et envoyez ce sms au 339

Initiative verte pour la sortie du nucléaire toujours nécessaire

Les Verts demandent au Conseil national, lors de la session d’hiver, de sortir enfin du nucléaire. Aucune centrale ne doit fonctionner plus de 45 ans. En reportant leur fermeture aux calendes grecques, on court un danger sécuritaire énorme et insensé. Seules des dates-butoirs contraignantes permettront d’investir à temps dans les énergies renouvelables et l’efficience énergétique.

Notre pays abrite la plus vieille centrale nucléaire du monde. Selon les normes de sécurité actuelles, sa construction ne serait plus autorisée. L’IFSN admet que les centrales nucléaires suisses sont jusqu’à vingt fois plus dangereuses que celles que permettent les dernières technologies. Le risque d’une catastrophe croît avec l’âge d’une centrale nucléaire.  

La stratégie énergétique 2050
Dans sa stratégie énergétique 2050 (SE2050), le Conseil fédéral ne prévoit pas une durée d’exploitation limitée pour les centrales nucléaires, l’initiative verte pour la sortie du nucléaire est donc toujours nécessaire. L’énergie nucléaire représente un danger mortel et incontrôlable. Fukushima l’a montré, mais en Suisse également les constats d’avarie ou d’autres incidents n’en finissent pas:

  • A Beznau, insuffisance de l’alimentation de secours et du système de refroidissement d’urgence ; corrosion de l’acier de l’enceinte de confinement primaire.
  • La règle des 30 minutes n’y est pas respectée, ce qui signifie qu’en cas d’avarie, la sécurité n’est pas garantie durant les 30 premières minutes.
  • Mühleberg : le manteau du réacteur est fissuré ; il n’y a pas d’approvisionnement en eau de refroidissement indépendant de l’Aare, parasismique et résistant aux crues.
  • Leibstadt : des trous dans l’enveloppe du réacteur sont passés inaperçus durant 6 ans.
  • Les paléo-centrales de Beznau et de Mühleberg ne pourront jamais être rééquipées pour atteindre le niveau de sécurité actuel.
  • Aucune centrale suisse n’est protégée contre des catastrophes aériennes ciblées.

Stratégie énergétique 2050 des Verts
Outre la sortie du nucléaire, la population suisse est également préoccupée par la protection du climat et du paysage. C'est pourquoi le tournant énergétique doit prendre en compte ces préoccupations. Basés sur des calculs détaillés, les scénarios des Verts montrent que c'est possible !


S'il est vrai que le Conseil fédéral et le parlement restent acquis à la sortie du nucléaire, ils "se hâtent lentement", alors qu'il faudrait redoubler d'effort en matière d'efficacité énergétique et d'encouragement des énergies renouvelables. Conditions sine qua non pour arrêter les centrales nucléaires suisses après 40 ans, 45 ans au plus tard, de fonctionnement – ainsi que le demande l'initiative Pour la sortie du nucléaire des Verts. Et si l'on veut réduire notre empreinte écologique sur la terre, il faut également réduire les émissions de CO2 à 1 tonne par personne et par année.


Les scénarios prennent également en considération les fluctuations saisonnières de la production, afin d'assurer l’auto-approvisionnement en courant hiver comme été. L'énergie solaire est le pilier du tournant énergétique vert. Afin d'éviter le recours à des centrales à gaz en hiver, il est nécessaire de développer des installations photovoltaïques dans des sites alpins adéquats, des parcs d'éoliennes et le couplage chaleur-force au moyen de la biomasse. Le comité directeur des Verts a élaboré cette proposition à l'intention du Bureau.


Tandis que le scénario "réforme énergétique" se "contente" de proposer une politique énergétique verte, le scénario "changement de cap" implique en plus une transformation de l'aménagement du territoire, de la politique des transports et de la politique économique ainsi que des modes de vie.

 Le courant vert, un choix à la portée de tout le monde !

Le courant vert, un choix à la portée de tout le monde !

Stratégie énergétique 2050

Stratégie énergétique 2050