Catastrophe climatique: les Verts exigent une meilleure protection du climat

L'Accord sur le climat et la Stratégie énergétique 2050 ne sont pas suffisantes

La politique climatique est l’un des thèmes prioritaires des Verts, qui s’engagent à tous les niveaux pour que des mesures drastiques de protection du climat soient prises le plus rapidement possible.

Le 21 mai 2017, la population a largement soutenu la Stratégie énergétique 2050. Ce résultat est également un grand succès pour les Verts, qui se sont engagés, depuis le début, en faveur d’un approvisionnement énergétique durable, sûr, propre et décentralisé. Mais tous les problèmes ne sont pas pour autant résolus. Il faut maintenant débrancher rapidement et en toute sécurité nos vieilles centrales nucléaires et enfin protéger efficacement le climat.

En juin 2017, une étape supplémentaire a été franchie: après le Conseil national, c'était au tour du Conseil des Etats de voter en faveur de l’Accord de Paris. La Suisse s’est donc engagée à protéger davantage le climat. Après le retrait des Etats-Unis, cette décision est un signal important. La politique désastreuse du président étasunien Trump n’aura pas le dernier mot.

Interventions Vertes en faveur du climat
Afin de mettre en œuvre cet accord, le Conseil fédéral adoptera cet automne la nouvelle loi sur le CO2, qui définit notre politique climatique après 2020. Mais d'après les grandes lignes déjà annoncées, ce projet s’avère totalement insuffisant: la Suisse doit et peut faire plus – y compris au niveau international. C’est pourquoi les Verts ont déposé pendant la session d'été une série d’interventions:

  • Désinvestissement carbone: il faut changer la loi sur la Banque nationale suisse afin que celle-ci n’investisse plus dans les énergies fossiles. Les règles actuelles sont insuffisantes, comme le montre d’ailleurs une réponse du Conseil fédéral à une interpellation d’Adèle Thorens.
  • Climate First: pour une taxe CO2 prélevée sur les produits importés de pays qui ne soutiennent pas l’Accord de Paris.
  • Cities for Climate: de nombreuses villes aux Etats-Unis ont annoncé qu’elles continueraient à s’engager en faveur d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre. En Suisse aussi, plusieurs villes sont à l’avant-garde en faisant partie du réseau des Cités de l’énergie. La Confédération doit encourager les échanges entre ces villes, de même que la collaboration entre les chercheurs et chercheuses sur le climat, des deux côtés de l’Atlantique.
  • Voiture zéro émission: Balthasar Glättli demande dans une motion qu’aucune nouvelle voiture équipée d'un moteur à combustion ne puisse être immatriculée en Suisse à partir de 2025.
  • Adapter les scénarios énergétiques: l’Accord de Paris sur le climat et les évolutions techniques de ces dernières années offrent de nouvelles opportunités. Daniel Brélaz a déposé une intervention pour demander au Conseil fédéral d’adapter en conséquence ses scénarios énergétiques actuels.